History Grand Bassam Settlement Nzima Appoloniens in Ivory Coast

History Grand Bassam Settlement Nzima Appoloniens In Ivory Coast - History Of Grand Bassam Ivory Coast - Cote dIvoire.

This is an attempt to preserve a document from a web site that appears to have problems, and could be lost.

1  HISTORY OF THE SETTLEMENT ZIMA (APPOLONIENS) IN IVORY COAST
By Louis Kouamé ABRIMA

www.nzima-kotoko.org/.../Grandbassam/histoiresdupeuplementdesnz...

Thanks
With the chief Ezoua Aka, former chief of the District France to Large-Bassam.
With Mrs Koko of the District France
With Mr Kouaho Daniel of the District France
With Mrs Ayebo Adele, back-small-niece of king Anzouan
With Mr Goré Kouassi, for its contribution to lighting on the history of Adouvlè.
With Mr Assoum. photographer responsible for the studio the firmament, the District France.
With Mr Mahammat of the District France.
With Mr Amon Andre of the District France

2  Contents
Foreword

Chapter I
>1) Navigators
2) Contact of the Portuguese with Zima
3) Log book of the ship Africai
4) Let us interpret this newspaper

Chapter II
Settlement of Large-Bassani by Zima-Appoloniens
1- District France, of the old name Assoyam or Ehuanti
2- Azuretti
3- Small-Paris
4- Mondoukou or Min-doukoun (I do not leave any more).
5- Tofèsou (or Imperial)
6- Yakassé (Eya Kassè)
7- Passalé (enters Vitré I and II)
8- Koblézo: another village Zima
9- Modeste: The name Modeste
10- Settlement of the village of Moossou
11- Kingdom Zima de Bcgninc with the installation on their current grounds
12- Organization of Zima in Ivory Coast
13- Kotoko name
Conclusion
Bibliography

3  Foreword


 Each time I put myself questions which remain unanswered, so much on
plan of the family, the people Zima. of his origins and his culture, I am directed
towards research.
Thanks to it, this work answers some interrogations. It has the merit of us
to leave this complex which binds us to assertions of yesterday that one has evil to accept
our days.
Our sagacity obliges us to give as much, if not more, that we received some
our elder.
Being Large-Bassam. more one seeks the truth on the people Zima and
Abouré, more one discovers that these people are brothers according to the oral tradition.
In testimony, them Zima of Large-Bassam say to have met of Abouré of
Moossou and Bonoua in country Zima in Ghana at the time of funeral of the parents
or the establishment of king.
In the same way, them Zima of Ghana were seen for the same reasons with Bonoua,
Moossou and Bassam in Ivory Coast.
The common past of these people is the unquestionable pledge of their unit today and
always.

4
CHAPTER I

The research of historical truth on the establishment of the people in Ivory Coast implies
to necessarily take into account not only the writings of the first navigators and explorers
country, but also, for illiterate people, to probe the oral tradition which cannot
to be completely isolated.
The two aspects must be concordant to obtain a single truth in which
populations are recognized.
Being the establishment of Zima Appoloniens of Ivory Coast, we go
to take reference marks which will use to us to find their traces in time and space.
1st reference mark
1) Navigators
The first navigators to approach the African coasts are the Portuguese Joào de San tarem and
Pedro de Escobar in 1470.
They visited the littoral of the Coast of the Teeth (Ivory Coast) at the Gold Coast (Gold Coast),
current Ghana.
Then Diogo Cào for better knowing came these areas
We have also the traces of their passage with names San Pedro and San Sandréa
(Sassandra).
2) Contact of the Portuguese with Zima
Installed well before the arrival of the Portuguese about the 13th century on the maritime littoral
the Atlantic, them Zima did not come very early into contact with the Portuguese exchanges
commercial.
This contact enriched the language Zima by Portuguese words such as Henri Mouézi reveals it.
researcher of France at the Institute of history of the countries of overseas.
These words are, inter alia:
- Pawn: Bread (of CAM)
- Tabwa: board (of tabouro)
- Copre (copper coin)
- Pikini of picana (currency)
- Sanve (lock)
That confirms the thesis of the install lat ion of Zïma before 1470 along the coast
the maritime Atlantic.
2* "" reference mark
Extracted the book of Georges Courrèges: Large-Bassam and counters of the coast to the p.
1 1: In 1637 five missionaries capuchins coming from Malo Saint to France settle in Assinie.
But in front of the difficulties of the climatic conditions and the “stenches”, like one
said then (yellow fever, cholera, malaria), our good fathers will quickly have made leave Assinie or
even, for one of them, to trespass.
P. 12 - Asseny Massen (old name of Assinie), Bassam and Bocco are dependant on the kingdom
of Asseny.
5
The kingdom of Asseny being Zima, people of Bassam. under the dependence of the King
of Asseny. can only be Zima.
A proof still moreover of the settlement of Bassam by quite front Zima
1637.
The teacher with the retirement, the senior Aka Wozan, originating in Assinie. declared
in a television program, that Essouma d' Assinie are Zima.
3rd reference mark
The date of 9-02-1739
To this date the navi Re “the African” arrives at broad of course Lahou. The men regain
the coast by boat and negotiate, with a broker named Cofy, the product purchase and
slaves.
This Cofy, taking into account the strong community Zima which resides at Lahou, cannot
to be that Zima.
Avikam (Brignan) of the area do not bear this name. It is to say that them
Zima are not with Large-Lahou good before 1739.
By these three reference marks, we come to see that them Zima were not already along
coast of the Ivory Coast in their current site good before the 13th century, i.e.
before the arrival of the Portuguese of which they have certain words in their language.
3) Log book of the ship the African
After the Portuguese, other navigators came to visit the coasts of the Ivory Coast:
We have the Spaniards, the Dutchmen, the French, the English.
Let us examine now the log book of the ship the African, written by Jean Joulain,
manager on board this ship of which the captain east Line.
Let us take the period from February 2nd, 1739 to February 14th, 1739 which goes from the Cape Tabou to
border is Ivory Coast.
The manager left to us a long newspaper to the measurement of his long tour
African where are consigned all the menus epic of the daily life.
Monday, February 2nd, 1739. One hour of the afternoon. The ground is always embrumée, which us
oblige to install.
We travel for the Saint-Andrew river. We are obliged to leave the river
Rabble where the prisoners do not miss, because they are sold too expensive by the three dachys (or present) to give: for the dugout, for the owner of the prisoner, and the other for the broker
of these merchants. They are paid by a part of limonéasse, a part of Indian and a Salan part for blue and hlanc.
One calls these present dachy broker the first, dachy by the second, and dachy cenou it
third. Indicator that we can nothing against, we pay our Casaly broker while leaving him
for its broking a part nécanépéan. a small powder barrel and a mass of contrebrode. Then
we install this place. We are very content with this Casaly. it is useful to us accurately and
surely.
We made only two women here. but it made any possible sound to treat others well of them.
6
The English ship wet with us with the Canaille river installs at once that he sees us under
veils. It travels even that. we, but carries however 1/4 broader. We are both
starport tack.
Eight hours of the evening. The winds having calmi, we wet without to have raised the ground in
reason of the fog. He passes in addition to.
Wednesday, February 4th, 1739, of the Dirty river with Taboo 15 to 16 miles.
Three hours, after midday. We are informed of Taboo where we find the English
installed Dirty river with us. This place is recognized by a very high, morveuse, and intersected ground. It v has also some thickets and two small valleys, one in North, the other with the NR 1/4 NO.
A dugout coming from ground with three negros requires of us to tack like if us
planes exceeded this place. They make us believe that there are prisoners to treat. At once we transfer edge to go to wet in roads of Taboo. However, they are not completely the negros who oblige us there, not granting much faith to their dires, because they all are lying and robbers.
They promise much and do not hold anything.
Thursday, February 5th, 1739, of Taboo with Drouin ten miles and Taboo at the place where we are
wet that we do not know there are 4 miles. De Drouin with Saint-Andrew 2 to 3 miles.
Seven hours this morning. We do not install a front Taboo, because of the negros, but not having
nothing made. We hoped to treat some prisoners, but it did not come from there. This morning we saw a quantity of dugouts along the edge. They are rather merchants of bananas and fig-bananas that prisoners and wire edge. They offer some teeth to us, but ask some very expensive. They all came charged with these goods, but one can hope to treat another thing only these bananas and
fig-bananas.
This place is recognized by a large point and the very high and mountainous ground or
indented.
Friday, February 6th, 1739. Four hours of the morning. Installed to accost the ground.
Two hours. We are informed of the Saint-Andrew river, by a large point more in the South
that the preceding one.
Three hours. We see a brigantin wetting in roads of Saint-Andrew.
Four hours and half. We wet there with English by 9 water pitch-stirrers melts of sand
muddy.
This place is noticed by several large points, of which one of rock to the mouth of
river with quantity of large trees.
With starboard of this point one sees a sand language. An English bringantin that we saw it
morning arrives one hour after our damping. Our boat goes on its board with our comrade and
Mr Denbrouque to get informed about the possibilities of making water in the river without fearing
negros. English does not know anything of it. After supper Mr Denbrouque goes on board the first brigantin wet to get information. On board this brigantin, he sees everyone under the weapons, in waiting of a terrible revolt which they tomorrow morning think of having.
Their negros succeeded in removing iron themselves this night with the intention to cut the throat of all the White. They however reduced some of them and enferrés them with the two feet and the two hands, studded on the bridge, connected by the neck four by four. They were as informed by a négrillon as the negros seized two cold chisels, of two armed hammers, and they armed all with knives
Flemish. Thus the English will remain all the night under the weapons until tomorrow.
7
The captain called to Mr Denbrouque that we can make water in the river without
no fear. II his pilot will give us to guide themselves in the master keys and to make us proceed according to their habit.
Saturday, February 7th, 1739. We go in the river with the English pilot. Its boat also comes to make wood. To make water one goes up the river on nearly three miles while crossing a fish tank makes by the negros.
This river is not too easy because of the great quantity of rocks of an edge and other and several sand banks.
Two channels there are found. The first with starboard, so to speak at the entry, joined the river of the course Taboo and account, from here, 25 to 26 miles. The other a little advanced in the river, to port side of the third point goes on Drouile and account, from here 5 to 6 miles.
The English brigantin did not have of revolt extremely fortunately for him. It intends to leave tomorrow morning
for Barbados, having finished its draft with 240 or 250 prisoners. The major part is women,
let us négrillons and négrittes. It has only 45 men. They belong both to the same middle-class men and are of Liverpool.
Sunday, February 8th, 1739, of Saint-Andrew to the course Lahou 25 to 26 miles.
We install Saint-Andrew river approximately an hour after the English brigantin about of which I ad interim spoken yesterday, in departure today for Barbados.
We want to catch up with it to give him the written letters by Mr Devomulon to our middle-class men
while we drive out it. We always control with the same road as him. He realizes some and breaks down, wind above and wind to await us inside.
As soon as his made letters, Mr Devomulon sends them on board of angais by our boat with
Mr Couran. As of its return, it reports to Mr Devomulon that the captain said it to him
to give in the first ship in departure for London, as soon as its arrival in Barbados.
Eight hours and half. We arrive at the E l/4 SE, travelling for course Lahou. Six hours of
evening. Not intending to wet, we control in the East to draw us with broad from ground and to hold us by 20 brew water, which is the good bottom for côtoyer the ground. The currents carry with speed with the ESE and are good for us. The east coast very high and escarpée on 5 to 6 miles in the East of Saint-Andrew.
Then it decreases little by little and appears by place very wooded. Per moments, one sees none there
tree.
In Saint-Andrew, we make only 11 plow for the third time water, anything else. However, it does not miss nor
prisoners nor of wire edge, but they want to sell too expensive.
We hope to wet tomorrow in the Cape Lahou.
Monday, February 9th, 1739. Six hours. We are informed of the course Lahou where three ships are wet: two English and Dutch. We control to catch the roads.
Six hours. We wet on these roads and our boat returns then. Captains of these ships
informed Mr Couran that the draft is good, but that the negros sell their prisoners
very expensive. We intend to remain some time, hoping to find a good draft here. Several
dugouts buy to us guns of belts to two ecus of gold, one. We take Cofy for
broker and we let us give him like dachy a half-part of Indian. It makes us hope, for
tomorrow, a good draft as prisoners.
The course Lahou is recognized by several large raised trees, whose some cabbage trees and lataniers and also by a large very bulky tree forming a manner of parasol, all alone in L “Es T of the village rather easy to recognize because it is extremely large and on the edge of the sea. This place is also noticed by the double grounds, with a very large and bulky tree. One does not see of them others, if it is not to 8
west of the village on the edge of the sea, and joined together in 2 thickets, whose trees are very large. One sees also a fort beautiful river between the double grounds and the village is on its mouth.
Tuesday, February 10th, 1739 of the Cape Lahou in Jacques Lahou 6 to 7 miles, of Jacques Lahou to Small
Bassam 8 to 9 miles, of Small-Bassam with Large-Bassam there are 8 miles. This morning 4 to 5 dugouts
come on board with prisoners and wire edge. We treat only one male prisoner, because they want
to sell too expensive. We install. Being under veils a dugout of the course Lahou comes with a prisoner.
We treat it and we sail.
Two hours after midday, we are last Jacques Lahou. It is a place which is not
recognizable that when the negros make fire as a sign of draft be made. They come even on board to urge us to wet there. This place is to 6 or 7 miles in the East of the Cape Lahou.
IT is furnished with much glazing bar. We intend to remain under veils this night and us N
'let us be informed neither of Small nor of Large-Bassam.
Thus, if we can be informed of it this evening, we will set sail all the night to go
to wet tomorrow in Assinie.
Six hours. We are informed always neither of nor other. Let us carry on our road.
This ground is lowest that we see from the Cape Lahou.
Wednesday, February 11th, 1739. Six hours. Having exceeded Large-Bassani of a half mile approximately
in the East, we see a large smoke behind us. Little time after, a dugout, also behind us, mess to come on our board. At once we put wind above wind inside for
to wait.
Seven hours and half or eight hours. It arrives on our board with three negros, they want us
to make transfer edge, giving us to believe that it have ten prisoners for us. But like these kinds of
people are prone to the lies, we find in connection with carrying on our road on Assinie. These
negros us achètenî a fine rifle for six ecus of gold.
Large-Bassam recognizes itself only by one river at the entry of which it breaks much,
a little broad. There is also with starboard el port side of the river of large bulky trees.
The evening at four hours. We are in Assinie where we wet. It is a low ground
with 2 points of two large bulky trees on sand and a double very distant ground. On this
lowland one sees a species of mouth with 7 to 8 trees close from/to each other, and of way of pyramid, which is very remarkable. The village of this place is in bottom of the point of large trees more in the East. One sees there 4 or 5 boxes and, the top of the masts, a small lagoon, or small river, very remarkable.
Thursday, February 12th, 1739 of Large-Bassam in Assinie there are 10 to 11 miles. As there is nothing with
to make to treat prisoners, we install. We try to catch the course Appoloma, but them
winds have suddenly calmir and oblige us to wet.
In Assinie we did a little gold for the Indians, the liménéas and the drills (I) but not
another thing.
Friday, February 13rd, 1739. Eleven hours. We install for the course Appoloma to 10 or 12
miles of Assinie.
Five hours of the evening. A dugout comes to say to us that there is draft. We wet by 16
pitch-stirrers of water melts of sand to 2 miles and half or 3 miles in NO of the course. This village is Appoloma.
One recognizes it with the very high and plain ground in seaside. He sees himself very well. With a half
mile in its NO, there are a quantity of a little high trees, but all the same height at the edge
sea. Moreover one sees the course of Appoloma. recognizable by the four mounts a little high which it
form.
Saturday. February 14th, 1739. Midday. We awaited in vain the dugouts. We install.
9
Eight hours of the evening. Let us wet in Pamplume where we find Minerve of the La Rochelle,
captain Mister Vasseur. This village, with a lieueou one mile and half of the course Appoloma. is
good for the draft.
4) Let us interpret this newspaper
II is a true mine where each one can draw information there on the linked activities with
relations between Europe and the Ivory Coast and Africa in this period.
- The absence of port obliges the ships to make coastal traffic, to drop anchor with broad and to join
the coast by boats.
- Origins of the ships:
Liverpool (4-02-1739): The English
Dutchman (9-02-1739):
France (14-02-1739): Minerve of the La Rochelle.
- Mail
The ship which arrives from Europe gives its mail to the ships in departure. Handing-over of the mail
is done between two ships by boats.
- The purchase of slaves
The slaves are not bought in a single place (extremely or other), but all along
coast, of village in village. Sometimes the Africans make fire on the coast to point out itself and
to invite the ships thus to visit them for the purchase of prisoners. Those come from the coast like
interior of the country.
Sold goods
- gun of belt to two ecus of gold.
- wire edge
- fabrics.
Currency of use
Gold ECU (9-2-1739)
A l/2 part of Indian like dachy
Economic transaction
The draft is good, but the negros want to sell their very expensive prisoners. (They fix euxmêmes
prices.)
“They offer some teeth to us but ask some very expensive” (5-2-1739).
Teeth: defenses of elephants
Broker
“We take Cofy as broker” (9-2-1739). This one is one Zima because Brignans
or Avikam of the area do not bear this name. Zima are not with Lahou and its surroundings well
before 1739.
10
Appoloma
The Appoloma village or (Appolo-my) means Appolo or the Appolo people.
Appoloma east can be the village located at the site of strong Appolonia, installed by
English in the area of Begnine.
Large-Bassam and Small-Bassam are names which appear in the writings of the navigators
before 1635 of the book of Georges Courrèges and in the log book of the ship the African in
1739.
CHAPTER II
Settlement of Large-Bassam by Zima-Appoloniens
The points of settlement of Zima Appoloniens of Large-Bassam are:
/- District France, of the old name Assoyam or Ehuanti.
On the testimony of Ezoua Aka, former Chief of the District France, Appoloniens were
in a village at the place of the Wharf.
They were pushed back towards the mouth for the installation of the port services.
discovered tombs with the envi let us rons of this place in front of the Cathedral, in the court of
the old post office and towards the Jean-Baptiste private school, confirms well the presence of a village
close to the littoral (the cemetery being always close to the village at Zima).
2- Azuretti
Until our days, this village includes/understands a strong community Zima.
Bognan I was first king Vavilé. After one long period Doli did not succeed to him, then Bognan II
begun again the throne for Vavilé.
It is necessary to also announce the presence of Ebrié and Alladians. Each people being in his district and alive in peace with the others
3-small Paris
Populated Zima at the beginning. (See the account in the Adjapadiai book).
4- Mondoukou or Min-doukoun (I do not leave any more) is founded by Avo, one Vavilé. joined by
his/her of the same brother father Ebagnini, Ezohilé.
After Avo, his/her son Dédé, Ezohilé, succeeded to him, then it was Aklohoué. The throne is
always between the hands of Ezohilé.
5- Tofèsou (or Imperial), also populated Zima at the beginning, but opened with other people.
Imperial is a very cosmopolitan district because of the attraction which Bassam represented,
first economic pole of the country because of its port
6- Yakassé (Eya Kassè): my anger is alleviated. This village is founded by Zima. It is located
close to Vitré1. All the planted grounds of fruit trees with Yakassé belong to
Appolonien Coffi Bile, former deputy and ambassador, who made gift at the village Vitré I of it for
its extension.
Zima are not there any more.
11
7- Passalé (enters Vitré I and II): it is a point of settlement Zima. They exploited the grounds
neighbouring.
Zima are not there also any more.
8- Koblézo: another village Zima. They were delivered to fishing and agriculture. By Koblézo,
one can arrive at Gonzagueville while passing by Kahotré.
Zima are not there any more.
9- Modeste: The name Modeste, comes from the name of the landowner of the cocoteraies of this place,
the forest owner, the French of origin inhabitant of Martinique, Mr. Charles Modeste.
To found this cocoteraie, and to maintain it, it has fai T to come a labor from north from
Ivory Coast of the area of Katiola
He was General adviser of the electoral constituency of Katiola in Ivory Coast
with Mr. Tiéba will 0uatttara of 1952 to 1957.
Mr. Modeste had a large “sawmill” with Moossou in the first district
(Koumassi).
While entering the village by the side of the crowned forest, the first transverse way
who goes down to the lagoon allowed to go up the wood balls stored in
water, to the sawmill located at approximately 500 meters upstream, in full bush with this
time.
Large concrete blocks on which the machines rested still testify to
this presence.
In this time, the village had only one line of houses on both sides
road.
Two sawmills existed: the sawmill of Mr Modeste in Moossou and the SC.AF
always remained with its current site.
Beside the Modeste camping, small-scale farmings of Zima were established there,
namely that of the Konin old man who with given his name to the village (Konin Souasou), and the other
of the Ezan old man Blessed. The houses of this village fall in ruin. Owners
missings, the heirs, of the townsmen, refuse to settle there.
10- Settlement of the village of Moossou
In the absence of credible writings on the settlement of this village, we are
obliged teni R counts oral tradition.
a) Caption on Echè name
Abouré de Bassam name Echè and those of Bonoua
E does not go.
The legend on Echè name was told by the old man Jules Assokrou, with the course
of one taken care of Moossou, in the presence of Joseph Kertsia. Master of chorus of the choral society
Co.-Cecile. parish Sacred Heart of Large-Bassam. Jules Assokrou is Abouré of
Moossou and ex-driver of the vat Eloka in Grand- Bassam.
Appoloniens were based in Assinie and advanced gradually towards
current sites that they occupy, that about the 13 " century.
12
At that time, a Appolonien hunter considered for its bravery. the game drove out that it
brought back to sell with Assinie and its surroundings, to the village of Begninc of which it was
originating, in Ghana. Sometimes, there remained several days in forest before returning with
many game.
Once, it left to hunting and moved away. It made a first camping where it smoked
meat and sold it.
Then he arrived to a forest where he installed a second site for the same reasons.
As it had lasted more than usually, them his worried some and came to its
seek.
They found it installed in full forest. This place is the current site of
Moossou.
When they transfer it, those which had come to its meeting exclaimed: “Wochè O!
”, which means: “You lasted! ” That gave Echè name to this place where it
had set up its camping and, thereafter, with the people which came to settle there, the people
Abouré Bait of Moossou.
While speaking about them, Appoloniens say the Bait, i.e., those which came
to be established at the place called Bait.
Since this time, there was a mixing of the people Appolo and Abouré.
b) Moossou and its first kings Zima
We have the testimony building of a named lady Adèle Ayebo, residing at the District
France in the family court maternal side. It is the result of the mixing of the people
Zima and Abouré.
It is the back-small-niece of this King Anzouan, of which it holds a photograph where one can see
Anzouan with its beard sitting in the middle of its notable upright beside him and above them
a sign on which one can read; “Anzouan-Emperor, King of Kings de Moossou”.
This photograph is on page 169 of the Histoire book and political Tradition of the Abourê country
of the father Albert Ablé, Abouré de Moossou… without the sign unfortunately.
13
Anzouan with, in its droie, Mou/o
Kamon Mackautey and on the left,
Abassan.
Anzouan (1830-1928) was chief of
the family Assôkô-poué or Oboun made
Moossou of 1898 to 1928.
The original photograph which was not
improved the mention carries: Anzouan
Emperor-king of kings de Moossou
Anzouan, king of kings de Moossou. According to the Father Albert Ablé, Anzouan is a simple chief of
clan Ossokopouè de Moossou.
A simple Ossokopouè chief would not allow himself to post what is written on the panel,
with known and within sight of all the people of this village for one long period.
This panel can mean that each clan having his king, him, Anzouan is the king of all
these kings of clan. Thus the true king of this village. The emperor.
c) Let us listen to the lady to present and tell what it knows.
I am Adèle Ayebo, born in Moossou where I grew. My father is named Abouré
Attekeble Ayébo. My mother, Appolonienne, names Youbo Agnébi; my grandmother
nursery school names Dabla and my maternal great-grandmother Eba.
Eba had as a Akou child, Dabla and Ehua. Ehua put at the world Me Lan
and Anzouan.
My great-grandmother is Zima originating in Aduambo in Ghana. Thus Anzouan is
Zima.
The first people to be installed on the site of Moossou were Ezohilés. They
come from Aduambo to Ghana and are led by certain a Kofi. They were very few and
devoted themselves to fishing. They settled at the bottom of the village at the edge of the lagoon towards
SC.AF.
They did not have any claim of royal chair.
Then came them Djuafou led by Soha. They also were originating in Adjuambo with
Ghana. King d' Aboisso being the son-in-law of Soha. It made them accompany by a delegation.
Arrived on the spot, they cleared of undergrowth the zone including/understanding all the catholic mission,
“sisters” and the bridge, to be established there.
When them Djuafou did not want to install Soha on their royal chair, they met
savage opposition of Ezohilés which claimed the seat, being come first.
Soha was withdrawn in Yakassé while waiting for that all is calmed. After negociations, an agreement was
concluded and Ezohilés very few accepted Soha, as King. A delegation of the village
al la to seek it in its retirement with Yakassé.
It is there that he says: “Eya Kassé” (which means: my anger is alleviated). This gave Yakassé name to this small village Zima.
Established, he was first King Zima Appolonien de Moossou.
While arriving, Ezohilés found, already installed, Ebrié and Vitré.
Vitré are a branch of Ehotilés of the area of Me come Blati and Etueboué
to settle on the island close to Bassam for safety reasons. Ehotilés, which
left their base, preserved their language while those which remained there were
constrained by the king of Sanwi to speaking Agni under penalty of cutting the language to that
who entêterait himself to express himself in Ehotilé.
14
Later, those of the Begnine district regained the dry land at the edge of the lagoon
with current Glazed II. Afterwards, those of the Tchagba district or Koumassi settled with
the current one Glazed 1.
Then, a more important group of Abouré came by the littoral, passed the village
Zima d' Azuretti and settled in Gbamélé. After an amount of time, Abouré
tested the need to move inside! forest has.
I ls questioned the geniuses via a priestess who announced to them that
the Tofé genius is ready to accommodate them on its ground and to protect them provided that I ls it
venerate and give him to eat each year.
They thus moved on this site at the entry of the village of Moossou, called
district Tchagba or Koumassi. They delimited the forest where is judicious to live the Tofé genius,
where each year the ritual celebration is made to guarantee the protection of the village by
this genius. This small forest of this fai T became crowned.
During the reign of King Soha, an incident occurred.
Appoloniens are tradesmen and will sell theirs from village in village
goods (salt, fabrics, etc). One day, a man and a woman Zima were not retained
by the force in a Ebrié village.
After many explanations, the man succeeds in releasing himself and warned the King
Soha.
This one sent a group of men of harmed T in this Ebrié village, to release
woman and to bring back it to Moossou.
King Soha. to protect itself from the attacks of Ebrié. was made an ally of size in
signing the first treaty with France in the person of Verdier, the French resident with
Large-Bassam at the height Nemours.
Died of Soha, the King Bi ley succeeded to him. Fixings with Ebrié
were frequent.
The King Bi ley di T: We are not numerous. Ebrié are more numerous
that us. If we do not take guard there, Ebrié are able to threaten us and
us to drive out. It went to Tabou to take a genius, Me Beglé. to protect it
village. It ins tal it with the quarter ier Begnine and renewed the treaty with France
to put itself under its protection. Each treaty was a recognition of new
King with whom it France poured a kind of allowance.
To died of Biley, Anzouan went up on the throne.
In its turn it renewed the treaty with France. At that time, Abouré
became more numerous than them Zima in this VI L lage. In spite of comes up with
which Anzouan reigned, of the intrigues were woven against him by Abouré.
Evincé first once, it was restored in its rights by the French resident with
who it kept positive ratios.
Until a very recent date a stele set up in S was held

1
HISTOIRE DU PEUPLEMENT
DES N'ZIMA (APPOLONIENS)
EN CÔTE D'IVOIRE
Par Louis Kouamé ABRIMA
Remerciements
Au chef Ezoua Aka, ancien chef du Quartier France à Grand-Bassam.
A madame Koko du Quartier France
A monsieur Kouaho Daniel du Quartier France
A madame Ayebo Adèle, arrière-petite-nièce du roi Anzouan
A monsieur N'Goré Kouassi, pour sa contribution à l'éclairage sur l'histoire des Adouvlè.
A monsieur Assoum. photographe responsable du studio Le firmament, du Quartier France.
A monsieur Mahammat du Quartier France.
A Monsieur Amon André du Quartier France
2
Table des matières
Avant-propos
Chapitre I
>1) Les navigateurs
2) Contact des Portugais avec les N'Zima
3) Journal de bord du navire L'Africai
4) Interprétons ce journal
Chapitre II
Du peuplement de Grand-Bassani par les N’Zima-Appoloniens
1- Quartier France, de l'ancien nom Assoyam ou Ehuanti
2- Azuretti
3- Petit-Paris
4- Mondoukou ou Min-doukoun (je ne quitte plus).
5- Tofèsou (ou Impérial)
6- Yakassé (Eya Kassè)
7- Passalé (entre Vitré I et II)
8- Koblézo : un autre village N'Zima
9- Modeste : Le nom Modeste
10- Du peuplement du village de Moossou
11- Du royaume N'Zima de Bcgninc à l'installation sur leurs terres actuelles
12- Organisation des N'Zima en Côte d'Ivoire
13- De l'appellation Kotoko
Conclusion
Bibliographie
3
Avant-propos
Chaque fois que je me pose des questions qui restent sans réponse, tant sur le
plan de la famille, du peuple N'Zima. de ses origines et de sa culture, je m'oriente
vers la recherche.
Grâce à elle, cet ouvrage répond à quelques interrogations. Il a le mérite de nous
sortir de ce complexe qui nous lie à des affirmations d'hier qu'on a du mal à accepter de
nos jours.
Notre sagacité nous oblige à donner autant, sinon plus, que nous en avons reçu de
nos aînés.
S'agissant de Grand-Bassam. plus on cherche la vérité sur les peuples N'Zima et
Abouré, plus on découvre que ces peuples sont des frères selon la tradition orale.
En témoignage, les N'Zima de Grand-Bassam disent avoir rencontré des Abouré de
Moossou et Bonoua en pays N'Zima au Ghana à l'occasion de funérailles des parents
ou l'intronisation de roi.
De même, les N'Zima du Ghana ont été aperçus pour les mêmes raisons à Bonoua,
Moossou et Bassam en Côte d'Ivoire.
Le passé commun de ces peuples est le gage certain de leur unité aujourd'hui et
toujours.
4
CHAPITRE I
La recherche de la vérité historique sur l'implantation des peuples en Côte d'Ivoire implique
nécessairement de prendre en compte non seulement les écrits des premiers navigateurs et explorateurs
du pays, mais aussi, pour un peuple analphabète, de sonder la tradition orale qui ne peut
être totalement écartée.
Les deux aspects doivent être concordants pour obtenir une vérité unique en laquelle les
populations se reconnaissent.
S'agissant de l'implantation des N'Zima Appoloniens de Côte d'Ivoire, nous allons
prendre des repères qui vont nous servir à retrouver leurs traces dans le temps et l'espace.
1er repère
1) Les navigateurs
Les premiers navigateurs à aborder les côtes africaines sont les Portugais Joào de San tarem et
Pedro de Escobar en 1470.
Ils visitèrent le littoral de la Côte des Dents (Côte d'Ivoire) à la Côte d'Or (Gold Coast),
l'actuel Ghana.
Puis vint Diogo Cào pour mieux connaître ces régions
Nous avons aussi les traces de leur passage avec les appellations San Pedro et San Sandréa
(Sassandra).
2) Contact des Portugais avec les N'Zima
Installés bien avant l'arrivée des Portugais vers le 13ème siècle sur le littoral maritime
atlantique, les N'Zima entrèrent très tôt en contact avec les Portugais dans des échanges
commerciaux.
Ce contact a enrichi la langue N'Zima de mots Portugais tel que le révèle Henri Mouézi.
chercheur de France à l'Institut d'histoire des pays d'outre-mer.
Ces mots sont, entre autres :
- Pawn : Pain (de pao)
- Tabwa : planche (de tabouro)
- Copre (monnaie de bronze)
- Pikini de picana (monnaie)
- Sanve (serrure)
Cela confirme la thèse de l ' instal lat ion des N'Zïma avant 1470 le long de la côte
maritime atlantique.
2*"" repère
Extrait du livre de Georges Courrèges : Grand-Bassam et les comptoirs de la côte à la p.
1 1 : En 1637 cinq missionnaires capucins venant de Saint Malo en France s'installent à Assinie.
Mais devant les difficultés des conditions climatiques et les « pestilences », comme l'on
disait alors (fièvre jaune, choléra, malaria), nos bons pères auront vite fait de quitter Assinie ou
même, pour l'un d'entre eux, de trépasser.
P. 12 - Asseny Massen (ancien nom d’Assinie), Bassam et Bocco sont dépendants du royaume
d'Asseny.
5
Le royaume d'Asseny étant N'Zima, le peuple de Bassam. sous la dépendance du Roi
d'Asseny. ne peut qu'être N'Zima.
Une preuve encore de plus du peuplement de Bassam par les N'Zima bien avant
1637.
L' instituteur à la retraite, le doyen Aka N'Wozan, originaire d'Assinie. déclarait
dans une émission télévisée, que les Essouma d'Assinie sont des N'Zima.
3ème repère
La date du 9-02-1739
A cette date le navi re « L'Africain » arrive au large de cap Lahou. Les hommes regagnent
la côte par canot et négocient, avec un courtier nommé Cofy, l'achat de produits et des
esclaves.
Ce Cofy, compte tenu de la forte communauté N'Zima qui réside à Lahou, ne peut
être que N'Zima.
Les Avikam (Brignan) de la région ne portent pas ce nom. C'est dire que les
N'Zima sont à Grand-Lahou bien avant 1739.
Par ces trois repères, nous venons de voir que les N'Zima étaient déjà le long de la
côte ivoirienne en leur emplacement actuel bien avant le 13ème siècle, c'est-à-dire
avant l'arrivée des Portugais dont ils ont certains mots dans leur langue.
3) Journal de bord du navire L'Africain
Après les Portugais, d'autres navigateurs vinrent visiter les côtes ivoiriennes :
Nous avons les Espagnols, les Hollandais, les Français, les Anglais.
Examinons à présent le journal de bord du navire L'Africain, rédigé par Jean Joulain,
gestionnaire à bord de ce navire dont le capitaine est Fourres.
Prenons la période du 2 février 1739 au 14 février 1739 qui va du Cap Tabou à la
frontière est de la Côte d'Ivoire.
Le gestionnaire nous a laissé un long journal à la mesure de son long périple
africain où sont consignés tous les menus gestes de la vie quotidienne.
Lundi, 2 février 1739. Une heure de l'après-midi. La terre est toujours embrumée, ce qui nous
oblige à appareiller.
Nous faisons route pour la rivière Saint-André. Nous sommes obligés de quitter la rivière
Canaille où les captifs ne manquent pas, car ils sont vendus trop chers par les trois dachys (ou présents)
à donner : un pour la pirogue, un pour le propriétaire du captif, et l 'autre pour le courtier
de ces marchands. Ils se paient par une pièce de limonéasse, une pièce d'Indienne et une pièce Salan
pour bleu et hlanc.
On appelle ces présents dachy courtier le premier, dachy by le second, et dachy cenou le
troisième. Voyant que nous ne pouvons rien contre, nous payons notre courtier Casaly en lui laissant
pour son courtage une pièce nécanépéan. un petit baril de poudre et une masse de contrebrode. Puis
nous appareillons de cet endroit. Nous sommes très contents de ce Casaly. il nous sert fidèlement et
sûrement.
Nous n'avons fait que deux femmes ici. mais il a fait tout son possible pour en traiter bien d'autres.
6
Le navire anglais mouillé avec nous à la rivière Canaille appareille aussitôt qu'il nous voit sous
voiles. Il fait même route que. nous, mais porte cependant 1/4 plus large. Nous sommes tous deux
tribord amures.
Huit heures du soir. Les vents ayant calmi, nous mouillons sans avoir relevé la terre en
raison de la brume. Lui passe outre.
Mercredi, 4 février 1739, de la rivière Canaille à Tabou 15 à 16 lieues.
Trois heures, après midi. Nous avons connaissance de Tabou où nous trouvons L'Anglais
appareillé de la rivière Canaille avec nous. Cet endroit se reconnaît par une terre très haute, morveuse,
et entrecoupée. Il v a aussi quelques bosquets et deux vallons, l'un au Nord, l'autre au N 1/4 NO.
Une pirogue venant de terre avec trois nègres nous demande de virer de bord comme si nous
avions dépassé cet endroit. Ils nous font croire qu 'il y a des captifs à traiter. Sur le champ nous virons
de bord pour aller mouiller en rade de Tabou. Cependant, ce n’est pas tout a fait les nègres qui nous y
obligent, n 'accordant pas beaucoup de foi à leurs dires, car ils sont tous menteurs et voleurs.
Ils promettent beaucoup et ne tiennent rien.
Jeudi, 5 février 1739, de Tabou à Drouin dix lieues et de Tabou à l'endroit où nous sommes
mouillés que nous ne connaissons pas il y a 4 lieues. De Drouin à Saint-André 2 à 3 lieues.
Sept heures ce matin. Nous n'appareillons pas de Tabou avant, à cause des nègres, mais n'ayant
rien fait. Nous espérions traiter quelques captifs, mais il n'en est pas venu. Ce matin nous avons vu une
quantité de pirogues le long du bord. Elles sont plutôt marchands de bananes et de figues-bananes que de
captifs et de morfil. Elles nous offrent quelques dents, mais en demandent très cher. Elles sont venues
toutes chargées de ces marchandises, mais on ne peut espérer traiter autre chose que ces bananes et
figues-bananes.
Cet endroit se reconnaît par une grosse pointe et par la terre très haute et montagneuse ou
échancrée.
Vendredi, 6 février 1739. Quatre heures du matin. Appareillé pour accoster la terre.
Deux heures. Nous avons connaissance de la rivière Saint-André, par une grosse pointe plus au Sud
que la précédente.
Trois heures. Nous voyons un brigantin mouiller en rade de Saint-André.
Quatre heures et demie. Nous y mouillons avec un anglais par 9 brasses d'eau fond de sable
vaseux.
Cet endroit se remarque par plusieurs grosses pointes, dont une de roche à l'embouchure de la
rivière avec quantité de grands arbres.
A tribord de cette pointe on voit une langue de sable. Un bringantin anglais que nous avons vu ce
matin arrive une heure après notre mouillage. Notre canot va à son bord avec notre camarade et
Monsieur Denbrouque pour s'informer des possibilités de faire de l 'eau dans la rivière sans craindre
les nègres. L'anglais n'en sait rien. Après souper Monsieur Denbrouque va à bord du premier brigantin
mouillé pour s'informer. A bord de ce brigantin, il voit tout le monde sous les armes, dans l’attente
d'une révolte terrible qu 'ils pensent avoir demain matin.
Leurs nègres ont réussi à se déferrer cette nuit avec l'intention d'égorger tous les Blancs. Ils en ont
cependant réduit quelques-uns et les ont enferrés aux deux pieds et aux deux mains, cramponnés sur le
pont, enchaînés par le cou quatre par quatre. Ils ont aussi été informés par un négrillon que les nègres se
sont emparés de deux ciseaux à froid, de deux marteaux armés, et ils se sont tous armés de couteaux
flamands. Ainsi les Anglais vont rester toute la nuit sous les armes jusqu 'à demain.
7
Le capitaine dit à Monsieur Denbrouque que nous pouvons faire de l'eau dans la rivière sans
aucune crainte. II nous donnera son pilote pour nous guider dans les passes et nous faire procéder selon
leur coutume.
Samedi, 7 février 1739. Nous allons dans la rivière avec le pilote anglais. Son canot vient aussi pour
faire du bois. Pour faire de l’eau on remonte la rivière sur près de trois lieues en traversant un réservoir à
poissons fait par les nègres.
Cette rivière n'est pas trop facile à cause de la grande quantité de roches d'un bord et de l'autre et de
plusieurs bancs de sable.
On y trouve deux canaux. Le premier à tribord, pour ainsi dire à l'entrée, rejoint la rivière du cap
Tabou et compte, d'ici, 25 à 26 lieues. L'autre un peu avancé dans la rivière, à bâbord de la troisième
pointe va à Drouile et compte, d'ici 5 à 6 lieues.
Le brigantin anglais n'a pas eu de révolte fort heureusement pour lui. Il compte partir demain matin
pour la Barbade, ayant fini sa traite avec 240 ou 250 captifs. La majeure partie en est de femmes,
négrillons et négrittes. Il n'a que 45 hommes. Ils appartiennent tous deux aux mêmes bourgeois et sont de
Liverpool.
Dimanche, 8 février 1739, de Saint-André au cap Lahou 25 à 26 lieues.
Nous appareillons de la rivière Saint-André environ une heure après le brigantin anglais dont j ' a i
parlé hier, en partance aujourd'hui pour la Barbade.
Nous voulons le rattraper pour lui donner les lettres écrites par Monsieur Devomulon à nos bourgeois
pendant que nous le chassons. Nous gouvernons toujours à la même route que lui. Il s'en aperçoit et met en
panne, vent dessus et vent dedans pour nous attendre.
Sitôt ses lettres faites, Monsieur Devomulon les envoie à bord de l'angais par notre canot avec
Monsieur Couran. Dès son retour, il rapporte à Monsieur Devomulon que le capitaine lui a dit le
remettre dans le premier navire en partance pour Londres, sitôt son arrivée à la Barbade.
Huit heures et demie. Nous arrivons à l 'E l/4 SE, faisant route pour cap Lahou. Six heures du
soir. N'ayant pas l'intention de mouiller, nous gouvernons à l 'Est pour nous tirer au large de terre et
nous tenir par 20 brasses d'eau, ce qui est le bon fond pour côtoyer la terre. Les courants portent avec
rapidité à l'ESE et sont bons pour nous. La côte est très haute et escarpée sur 5 à 6 lieues dans l'Est de
Saint-André.
Ensuite elle diminue peu à peu et paraît par endroit très boisée. Par moments, on n 'y voit aucun
arbre.
A Saint-André, nous faisons seulement 11 tierçons d’eau, rien d'autre. Cependant, il ne manque ni
de captifs ni de morfil, mais ils veulent vendre trop cher.
Nous espérons mouiller demain au Cap Lahou.
Lundi, 9 février 1739. Six heures. Nous avons connaissance du cap Lahou où trois navires sont mouillés
: deux anglais et un hollandais. Nous gouvernons pour attraper la rade.
Six heures. Nous mouillons sur cette rade et notre canot revient alors. Les capitaines de ces navires
ont fait savoir à Monsieur Couran que la traite est bonne, mais que les nègres vendent leurs captifs
très chers. Nous comptons rester quelque temps, espérant trouver ici une bonne traite. Plusieurs
pirogues nous achètent des pistolets de ceintures à deux écus d'or, l'un. Nous prenons Cofy pour
courtier et nous lui donnons comme dachy une demi-pièce d'indienne. Il nous fait espérer, pour
demain, une bonne traite en captifs.
Le cap Lahou se reconnaît par plusieurs grands arbres élevés, dont quelques palmistes et lataniers et
aussi par un grand arbre très touffu formant une manière de parasol, tout seul dans l 'Es t du village
assez facile à reconnaître car il est fort grand et sur le bord de la mer. Cet endroit se remarque aussi
par les doubles terres, avec un arbre très grand et touffu. On n' en voit pas d'autres, si ce n’est à
8
l'Ouest du village sur le bord de la mer, et réunis en 2 bosquets, dont les arbres sont très grands. On
voit aussi une fort belle rivière entre les doubles terres et le village est sur son embouchure.
Mardi, 10 février 1739 du Cap Lahou à Jacques Lahou 6 à 7 lieues, de Jacques Lahou au Petit-
Bassam 8 à 9 lieues, de Petit-Bassam au Grand-Bassam il y a 8 lieues. Ce matin 4 à 5 pirogues
viennent à bord avec des captifs et du morfil. Nous ne traitons qu'un captif mâle, car ils veulent
vendre trop cher. Nous appareillons. Etant sous voiles une pirogue du cap Lahou vient avec un captif.
Nous le traitons et nous faisons de la voile.
Deux heures après midi, nous nous trouvons passé Jacques Lahou. C'est un endroit qui n'est
reconnaissable que lorsque les nègres font du feu en signe de traite à faire. Ils viennent même à bord
pour nous engager à y mouiller. Cet endroit est à 6 ou 7 lieues dans l'Est du Cap Lahou.
IL est garni de beaucoup de petits bois. Nous comptons rester sous voiles cette nuit et nous n
'avons connaissance ni de Petit ni de Grand-Bassam.
Ainsi, si nous pouvons en avoir connaissance ce soir, nous ferons voile toute la nuit pour aller
mouiller demain à Assinie.
Six heures. Nous n'avons toujours connaissance ni de l 'un ni de l'autre. Continuons notre route.
Cette terre est la plus basse que nous voyons depuis le Cap Lahou.
Mercredi, 11 février 1739. Six heures. Ayant dépassé Grand-Bassani d'une demi lieue environ
dans l 'Est , nous voyons une grosse fumée derrière nous. Peu de temps après, une pirogue, également
derrière nous, pagaye pour venir à notre bord. Sur le champ nous mettons vent dessus vent dedans pour
l'attendre.
Sept heures et demie ou huit heures. Elle arrive à notre bord avec trois nègres, ils veulent nous
faire virer de bord, nous donnant à croire qu'il ont dix captifs pour nous. Mais comme ces sortes de
gens sont sujets aux mensonges, nous trouvons à propos de poursuivre notre route sur Assinie. Ces
nègres nous achètenî un fusil fin pour six écus d'or.
Grand-Bassam se reconnaît uniquement par une rivière à l'entrée de laquelle il brise beaucoup,
un peu large. Il y a aussi à tribord el bâbord de la rivière de gros arbres touffus.
Le soir à quatre heures. Nous nous trouvons à Assinie où nous mouillons. C'est une terre basse
avec 2 pointes de deux gros arbres touffus sur le sable et une double terre très éloignée. Sur cette
basse terre on voit une espèce d'embouchure avec 7 à 8 arbres proches les uns des autres, et en façon
de pyramide, ce qui est très remarquable. Le village de ce lieu est en bas de la pointe de grands arbres
la plus à l'Est. On y voit 4 ou 5 cases et, du haut des mâts, un petit lagon, ou petite rivière, très
remarquable.
Jeudi,12 février 1739 de Grand-Bassam à Assinie il y a 10 à 11 lieues. Comme il n 'y a rien à
faire pour traiter des captifs, nous appareillons. Nous tâchons d'attraper le cap Appoloma, mais les
vents viennent à calmir et nous obligent à mouiller.
A Assinie nous avons fait un peu d'or pour les indiennes, des liménéas et des coutils (I) mais pas
autre chose.
Vendredi, 13 février 1739. Onze heures. Nous appareillons pour le cap Appoloma à 10 ou 12
lieues d'Assinie.
Cinq heures du soir. Une pirogue vient nous dire qu’il y a de la traite. Nous mouillons par 16
brasses d'eau fond de sable à 2 lieues et demie ou 3 lieues dans le NO du cap. Ce village est Appoloma.
On le reconnaît à la terre très haute et unie en bord de mer. Il se voit très bien. A une demi
lieue dans son NO, il y a une quantité d'arbres un peu hauts, mais tous de la même hauteur au bord
de la mer. De plus on voit le cap d'Appoloma. reconnaissable par les quatre monts un peu hauts qui le
forment.
Samedi. 14 février 1739. Midi. Nous avons attendu en vain les pirogues. Nous appareillons.
9
Huit heures du soir. Mouillons à Pamplume où nous trouvons La Minerve de la Rochelle ,
capitaine Monsieur le Vasseur. Ce village, à une lieueou une lieue et demie du cap Appoloma. est
bon pour la traite.
4) Interprétons ce journal
II est une véritable mine où chacun peut y puiser des informations sur les activités liées aux
relations entre l'Europe et la Côte d'Ivoire et l'Afrique en cette période.
- L'absence de port oblige les navires à faire du cabotage, à jeter l'ancre au large et à rejoindre
la côte par des canots.
- Origines des navires :
Liverpool (4-02-1739):L 'Anglais
Hollandais (9-02-1739) :
France (14-02-1739) : La Minerve de la Rochelle.
- Courrier
Le navire qui arrive d'Europe remet son courrier aux navires en partance. La remise du courrier
se fait entre deux navires par des canots.
- L'achat d'esclaves
Les esclaves ne sont pas achetés en un endroit unique (fort ou autre), mais tout le long de la
côte, de village en village. Parfois les Africains font du feu sur la côte pour se faire remarquer et
inviter ainsi les navires à les visiter pour l'achat de captifs. Ceux-ci viennent de la côte comme de
l'intérieur du pays.
Marchandises vendues
- pistolet de ceinture à deux écus d'or.
- du morfil
- des étoffes.
Monnaie en usage
Ecu d'or (9-2-1739)
Une l/2 pièce d'indienne comme dachy
Transaction économique
La traite est bonne, mais les nègres veulent vendre leurs captifs très chers. (Ils fixent euxmêmes
les prix.)
« Elles nous offrent quelques dents mais en demandent très cher » (5-2-1739).
Dents : défenses d'éléphants
Courtier
« Nous prenons Cofy comme courtier » (9-2-1739). Celui-ci est un N'Zima car les Brignans
ou Avikam de la région ne portent pas ce nom. Les N'Zima sont à Lahou et ses environs bien
avant 1739.
10
Appoloma
Le village Appoloma ou (Appolo-ma) signifie les Appolo ou le peuple Appolo.
Appoloma est peut être le village situé à l'emplacement du fort Appolonia, installé par les
Anglais dans la région de Begnine.
Grand-Bassam et Petit-Bassam sont des noms qui apparaissent dans les écrits des navigateurs
avant 1635 du livre de Georges Courrèges et dans le journal de bord du navire L'Africain en
1739.
CHAPITRE II
Du peuplement de Grand-Bassam par les N'Zima-Appoloniens
Les points de peuplement des N'Zima Appoloniens de Grand-Bassam sont :
/- Quartier France, de l'ancien nom Assoyam ou Ehuanti.
Sur le témoignage de Ezoua Aka, ancien Chef du Quartier France, les Appoloniens étaient
dans un village à l'endroit du Wharf.
Ils ont été repoussés vers l'embouchure pour l'installation des services portuaires. La
découverte de tombes aux envi rons de ce lieu devant la Cathédrale , dans la cour de
l'ancienne poste et vers l'école privée Jean-Baptiste, confirme bien la présence d'un village
près du littoral (le cimetière étant toujours près du village chez les N'Zima).
2- Azuretti
Jusqu'à nos jours, ce village comprend une forte communauté N'Zima.
Bognan I fut le premier roi N'Vavilé. Après une longue période N'Doli lui succéda, puis Bognan II
repris le trône pour les N'Vavilé.
Il faut signaler aussi la présence des Ebrié et des Alladians. Chaque peuple étant dans son quartier et
vivant en paix avec les autres
3-Petit Paris
Peuplé de N’Zima au départ. (Voir le récit dans le livre Adjapadiai).
4- Mondoukou ou Min-doukoun (je ne quitte plus) est fondé par Avo, un N'Vavilé. rejoint par
son frère de même père Ebagnini, un Ezohilé.
Après Avo, son fils N'Dédé, un Ezohilé, lui succéda, puis ce fut Aklohoué. Le trône est
toujours entre les mains des Ezohilé.
5- Tofèsou (ou Impérial), peuplé également de N'Zima au départ, mais ouvert à d'autres peuples.
Impérial est un quartier très cosmopolite en raison de l'attraction que représentait Bassam,
premier pôle économique du pays à cause de son port
6- Yakassé (Eya Kassè) : ma colère est apaisée. Ce village est fondé par les N'Zima. Il est situé
près de Vitré1. Toutes les terres plantées d'arbres fruitiers à Yakassé appartiennent à
l’Appolonien Coffi Bile, ancien député et ambassadeur, qui en a fait don au village Vitré I pour
son extension.
Les N'Zima n'y sont plus.
11
7- Passalé (entre Vitré I et II) : c'est un point de peuplement N'Zima. Ils exploitaient les terres
avoisinantes.
Les N'Zima n'y sont plus également.
8- Koblézo : un autre village N'Zima. Ils se livraient à la pêche et à l'agriculture. Par Koblézo,
l'on peut arriver à Gonzagueville en passant par Kahotré.
Les N'Zima n'y sont plus.
9- Modeste : Le nom Modeste, vient du nom du propriétaire foncier des cocoteraies de cet endroit,
l'exploitant forestier, le Français d'origine martiniquaise, M. Charles Modeste.
Pour fonder cette cocoteraie, et l'entretenir, il a fai t venir une main d'oeuvre du nord de la
Côte d'Ivoire de la région de Katiola
Il fut Conseiller Général de la circonscription électorale de Katiola en Côte d'Ivoire
avec M. Tiéba 0uatttara de 1952 à 1957.
M. Modeste avait une grande «scierie» à Moossou dans le premier quartier
(Koumassi).
En entrant dans le village par le côté de la forêt sacrée, la première voie transversale
qui descend jusqu'à la lagune permettait de remonter les billes de bois stockées dans
l'eau, jusqu'à la scierie située à environ 500 mètres en amont, en pleine brousse à cette
époque.
De gros blocs de béton sur lesquels reposaient les machines témoignent encore de
cette présence.
En ce temps-là, le village n'avait qu'une seule rangée de maisons de part et d'autre
de la route.
Deux scieries existaient : la scierie de monsieur Modeste à Moossou et la SC.AF
toujours restée à son emplacement actuel.
A côté du campement Modeste, de petites exploitations de N'Zima s'y sont établies,
à savoir celle du vieux Konin qui à donné son nom au village (Konin Souasou), et l'autre
du vieux Ezan Bénie. Les maisons de ce village tombent en ruine. Les propriétaires
disparus, les héritiers, des citadins, refusent de s'y installer.
10- Du peuplement du village de Moossou
En l'absence d'écrits crédibles sur le peuplement de ce village, nous sommes
obligés de teni r compte de la tradition orale.
a) Légende sur l'appellation Echè
Les Abouré de Bassam se nomment Echè et ceux de Bonoua
E n'va.
La légende sur l'appellation Echè a été racontée par le vieux Jules Assokrou, au cours
d'une veillée à Moossou, en présence de Joseph N'Kertsia. maître de choeur de la chorale
Ste-Cécile. de la paroisse Sacré-Coeur de Grand-Bassam. Jules Assokrou est Abouré de
Moossou et ex-conducteur du bac Eloka à Grand- Bassam.
Les Appoloniens étaient basés à Assinie et avançaient progressivement vers les
emplacements actuels qu'ils occupent, cela vers le 13" siècle.
12
A cette époque, un chasseur Appolonien réputé pour sa bravoure. chassait le gibier qu'il
ramenait vendre à Assinie et ses environs, jusqu'au village de Begninc dont il était
originaire, au Ghana. Parfois, il restait plusieurs jours en forêt avant de revenir avec de
nombreux gibiers.
Une fois, il partit à la chasse et s'éloigna. Il fit un premier campement où il fuma la
viande et la vendit.
Puis il parvint à une forêt où il installa un second site pour les mêmes raisons.
Comme il avait duré plus que d'habitude, les siens s'en inquiétèrent et vinrent à sa
recherche.
Ils le trouvèrent installé en pleine forêt. Ce lieu est l’emplacement actuel de
Moossou.
Quand ils le virent, ceux qui étaient venus à sa rencontre s'écrièrent : « Wochè o !
», qui signifie : « Tu as duré ! » Cela a donné l'appellation Echè à cet endroit où il
avait érigé son campement et, par la suite, au peuple qui est venu s'y installer, le peuple
Abouré Echè de Moossou.
En parlant d'eux, les Appoloniens disent les Echè, c'est-à-dire, ceux qui sont venus
s'établir à l'endroit appelé Echè.
Depuis ce temps, il s'est produit un brassage des peuples Appolo et Abouré.
b) Moossou et ses premiers rois N’Zima
Nous avons le témoignage édifiant d'une dame nommée Adèle Ayebo, résidant au Quartier
France dans la cour familiale côté maternel. Elle est le résultat du brassage des peuples
N'Zima et Abouré.
Elle est l'arrière-petite-nièce de ce Roi Anzouan, dont elle détient une photo où l'on peut voir
Anzouan avec sa barbe assis au milieu de ses notables debout à côté de lui et au-dessus d'eux
un écriteau sur lequel on peut lire ; « Anzouan-Empereur, Roi des Rois de Moossou ».
Cette photo se trouve à la page 169 du livre Histoire et Tradition politique du pays Abourê
du père Albert Ablé, Abouré de Moossou... sans l’écriteau malheureusement.
13
Anzouan avec, à sa droie, Mou/o
Kamon Mackautey et à gauche,
Abassan.
Anzouan (1830-1928) a été chef de
la famille Assôkô-poué ou Oboun fis
Moossou de 1898 à 1928.
La photo originale qui n'a pas été
retouchée porte la mention : Anzouan
Empereur-roi des rois de Moossou
Anzouan, roi des rois de Moossou. Selon le Père Albert Ablé, Anzouan est un simple chef du
clan Ossokopouè de Moossou.
Un simple chef Ossokopouè ne se permettrait pas d'afficher ce qui est écrit sur le panneau,
au su et au vu de tout le peuple de ce village pendant une longue période.
Ce panneau peut signifier que chaque clan ayant son roi, lui, Anzouan est le roi de tous
ces rois de clan. Donc le vrai roi de ce village. L'empereur.
c) Ecoutons la dame se présenter et raconter ce qu 'elle sait.
Je suis Adèle Ayebo, née à Moossou où j 'ai grandi. Mon père est un Abouré nommé
Attekeble Ayébo. Ma mère, une Appolonienne, se nomme Youbo Agnébi ; ma grand-mère
maternelle se nomme N'Dabla et mon arrière-grand-mère maternelle Eba.
Eba a eu pour enfant Akou, N'Dabla et Ehua. Ehua a mis au monde M'Lan
et Anzouan.
Mon arrière-grand-mère est N'Zima originaire d'Aduambo au Ghana. Donc Anzouan est
N'Zima.
Les premières personnes à s'installer sur le site de Moossou furent les Ezohilés. Ils
viennent d'Aduambo au Ghana et sont conduits par un certain Koffi. Ils étaient peu nombreux et
s'adonnaient à la pêche. Ils s'installèrent au fond du village au bord de la lagune vers la
SC.AF .
Ils n'avaient aucune prétention de chaise royale.
Puis vinrent les N'Djuafou conduits par Soha. Eux aussi étaient originaires d'Adjuambo au
Ghana. Le Roi d'Aboisso étant le gendre de Soha. Il les fit accompagner par une délégation.
Arrivés sur les lieux, ils débroussaillèrent la zone comprenant toute la mission catholique,
les « Soeurs » et le pont, pour s'y établir.
Quand les N'Djuafou voulurent installer Soha sur leur chaise royale, ils rencontrèrent
l'opposition farouche des Ezohilés qui réclamaient le siège, étant les premiers venus.
Soha se retira à Yakassé en attendant que tout se calme. Après des tractations, un accord fut
conclu et les Ezohilés peu nombreux acceptèrent Soha, comme Roi. Une délégation du village
al la le chercher dans sa retraite à Yakassé.
C'est là qu'il dit : « Eya Kassé » (qui signifie : ma colère est apaisée). Ceci a donné l'appellation
Yakassé à ce petit village N'Zima.
Intronisé, il fut le premier Roi N'Zima Appolonien de Moossou.
En arrivant, les Ezohilés ont trouvé, déjà installés, les Ebrié et les Vitré.
Les Vitré sont une branche des Ehotilés de la région de M'Blati et d'Etueboué venus
s'installer sur l'île proche de Bassam pour des raisons de sécurité. Les Ehotilés, qui
ont quitté leur base, ont conservé leur langue tandis que ceux qui y sont restés ont été
contraints par le roi du Sanwi à parler l'Agni sous peine de couper la langue à celui
qui s'entêterait à s'exprimer en Ehotilé.
14
Plus tard, ceux du quartier Begnine regagnèrent la terre ferme au bord de la lagune
à l'actuelle Vitré II. Après, ceux du quartier Tchagba ou Koumassi vinrent s'installer à
l'actuelle Vitré 1.
Ensuite, un groupe plus important d'Abouré vint par le littoral, passa le village
N'Zima d'Azuretti et s'installa à Gbamélé. Après un laps de temps, les Abouré
éprouvèrent le besoin de se déplacer à l'intérieur de !a forêt.
I ls interrogèrent les génies par l'intermédiaire d'une prêtresse qui leur annonça que
le génie Tofé est prêt à les accueillir sur son sol et les protéger à condition qu' i ls le
vénèrent et lui donnent à manger chaque année.
Ils se déplacèrent donc à cet emplacement à l'entrée du village de Moossou, appelé
quartier Tchagba ou Koumassi. Ils délimitèrent la forêt où est sensé habiter le génie Tofé,
où chaque année la célébration rituelle se fait pour garantir la protection du village par
ce génie. Cette petite forêt est de ce fai t devenue sacrée.
Pendant le règne du Roi Soha, un incident se produisit.
Les Appoloniens sont commerçants et vont de village en village vendre leurs
marchandises (sel, étoffes, etc.). Un jour, un homme et une femme N'Zima furent retenus
par la force dans un village Ebrié.
Après maintes explications, l'homme réussit à se libérer et vint prévenir le Roi
Soha.
Celui-ci envoya un groupe d'hommes de nui t dans ce village Ebrié, libérer la
femme et la ramener à Moossou.
Le Roi Soha. pour se protéger des attaques des Ebrié. se fit un allié de taille en
signant le premier traité avec la France en la personne de Verdier, le résidant français à
Grand-Bassam au fort Nemours.
A la mort de Soha, le Roi Bi ley lui succéda. Les accrochages avec les Ebrié
étaient fréquents.
Le Roi Bi ley di t : Nous ne sommes pas nombreux. Les Ebrié sont plus nombreux
que nous. Si nous n'y prenons garde, les Ebrié sont capables de nous menacer et
nous chasser. Il se rendit à Tabou prendre un génie, le M'Beglé. pour protéger le
village. Il l ' ins tal la au quart ier Begnine et renouvela le traité avec la France
pour se mettre sous sa protection. Chaque traité était une reconnaissance du nouveau
Roi à qui la France versait une sorte d'indemnité.
A la mort de Biley, Anzouan monta sur le trône.
A son tour il renouvela le traité avec la France. A cette époque, les Abouré
devenaient plus nombreux que les N'Zima dans ce vi l lage. Malgré la poigne avec
laquelle Anzouan régnait, des intrigues se tramaient contre lui par les Abouré.
Evincé une première fois, il fut rétabli dans ses droits par le résident français avec
qui il garda de bons rapports.
Jusqu'à une date très récente se tenait une stèle érigée en s






Join the conversation!


Log In to Leave a Comment or Join

Comments 0



HoboTraveler.com

  1. Home |
  2. Log In |
  3. Join |
  4. Hobo Gear |
  5. About |

Copyright © 2018 All rights reserved.